Passer au contenu principal
06 44 02 68 47 christophe.striebel@gmail.com

A quoi cela sert-il d’aller voir un tarologue ?

L’objectif et simple et clair :

  • Devenir vous-même, autonome, libre, libéré(e) c’est-à-dire SOI
  • Être dans la dynamique de la réunification de votre psychisme

Quel jeu de Tarot de Marseille faut-il choisir ? Lequel est le vrai ?

Il existe une multitude d’éditions différentes dites du Tarot de Marseille

Il existe une multitude de jeux de cartes se nommant « tarot » – dont l’origine et l’inspiration sont issues d’un seul jeu. Le Tarot traditionnel de Marseille semble être celui là.

Aux origines pas clairement identifiées (peut-être dans la deuxième partie du 14ème siècle ?), à la provenance incertaine (France, Italie, Espagne ?) et à l’auteur (ou aux auteurs) anonyme(s).

Plusieurs versions du Tarot de Marseille circulent aujourd’hui.

J’en utilise deux personnellement lors des consultations et des ateliers :

  • Le Tarot de Marseille de Paul Marteau, diffusé par ses propres éditions depuis 1930, à savoir Grimaud, sous le nom « d’ancien Tarot de Marseille ».
  • Le Tarot de Marseille dit « restauré », par Alexandro Jodorowsky et Philippe Camoin, datant de 1997, et nommé « l’ancien Tarot de Marseille restauré ».

Les deux sont issus d’un même jeu dont l’origine est le maître cartier Nicolas Conver (1760).

Il en existe plusieurs autres dont certains remarquables.

Pour aller plus loin dans les polémiques « en cours » sur l’authenticité de ces éditions – cliquer ICI

Bref, aucun jeu édité aujourd’hui n’est parfait, d’origine ou final. Toutes les éditions sont porteuses des traits humains de ceux qui les ont ré-éditées. Heureusement leur magie opère !

Car au-delà de leurs imperfections et/ou de leur personnalisation plus ou moins avouées du fait de leurs « ré-éditeurs », ils sont porteurs d’informations et d’un processus pour l’essentiel préservés qui sont à l’origine de leur efficacité spectaculaire et que l’on retrouve d’ailleurs, dans une moindre mesure, dans tous les jeux de cartes.

Comment se structure le Tarot ? TEXTE MANQUANT

A écrire

Le Tarot est-il une imposture ?

Le Tarot en lui-même est une œuvre d’art à plus d’un titre et donc sûrement pas une imposture.

Sa construction, l’excellente synthèse de connaissance via une approche optique est remarquable – Sa réhabilitation ou sa reconnaissance progresse en ce début de siècle heureusement. Il sort progressivement de la nauséeuse sphère des diseurs de bonne aventure

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » Rabelais

Vous voyez où je veux en venir ? Une imposture, Le Tarot non ! Mais certaines personnes qui s’en servent oui ! A vrai dire tout ceux qui se servent du Tarot sont des imposteurs, Il s’agit d’être sont serviteurs à vrai dire….

Le Tarot de Marseille est un objet inerte, remarquable comme nous l’avons vu, mais dont la moralité se trouve dans la conscience des êtres qui le manipulent tout comme son incroyable vitalité – Ni plus ni moins.

Peut-on prédire l’avenir avec le Tarot ?

Oui et non

Oui, lorsqu’on qu’on observe un peu attentivement le Tarot on y trouve rapidement des symboles religieux tout d’abord chrétiens et avec un peu plus d’attention encore, des symboles des trois religions monothéistes et même des éléments de doctrines orientales.

Nous y trouvons aussi des symboles ésotériques, alchimiques, cabalistiques, hermétistes…

Oui bien sûr ceux qui ont créer le Tarot avaient quelques idées derrière la tête et croyances.

Oui le Tarot est porteur d’une morale et d’une philosophie de vie déterminable…

Mais quelle morale! Quelle philosophie !

Un corpus tout a fait hors du commun et qui va bien au-delà des dogmes érigés par quelques religions ou courants de pensées. Un trésor de l’esprit qui ouvre des portes insoupçonnables…
puissamment heuristique.

Donc NON pas au sens strict et excluant

Y-a-t-il une explication scientifique au fonctionnement du Tarot de Marseille ?

A l’aube du 20ème siècle, une première explication rationnel (mais non rationnelle) nous est apporté par la science humaine psychologique naissante. C’est le phénomène de projection.

Il se trouve que le Tarot (et les jeux de cartes en général) qui sont des systèmes avant tout optiques, favorisent les projections psychiques de ceux qui les voient.

Tout cela reste subjectif, non scientifique et lié à l’interprétation du hasard par celui qui voit ( ce qu’il croit voir) plutôt qu’à une quelconque magie ou force explicative cachée.

De fait, qu’importe la carte tirée, ce qui compte c’est l’interprétation psychologique qu’en fait le tarologue et/ou son consultant.

En cela, cette avancée rationalisante est déjà remarquable même si elle cantonne, de fait, le Tarot au niveau des marcs de café, des taches de Rorschach, et de ce que peuvent nous provoquer les arts visuels dans leur ensemble.

Nous aurions pu en rester là. Or en 1952, un concept nouveau et capital émerge, celui de synchronicité. C’est Carl Gustave Jung qui l’a introduit dans le monde des idées modernes en publiant cette année une série d’écrits qui lui est consacrée. La synchronicité nomme un phénomène que l’on peut résumer de la sorte : « c’est une coïncidence chargée de sens »

Jung constate qu’elles se déclenchent toujours dans des circonstances particulières et plutôt rares, non provoquables a priori et donc difficilement étudiables scientifiquement.

Jung affine son nouveau concept grâce à l’aide précieuse d’un scientifique émérite : Wolfgang Pauli, prix Nobel de Physique. Ils eurent une correspondance passionnante et spéculative sur ce phénomène.

Une conclusion capitale et commune émergea de cela : la nécessité de l’existence d’un lien, encore inconnu, entre la matière et le psychisme humain. Nous l’appellerons : théorie de la réunification.

Cette théorie fait le pari qu’il existe forcement un lien causal entre la dimension physique et la dimension psychique (ce qui expliquerait entre autre les phénomènes de synchronicité).

Les deux hommes pensent qu’il existe des dimensions rationnelles cachées qui expliqueraient ces phénomènes. Un ordre sous-jacent (donc causal) qui présiderait au manifestation du hasard.

Ces théories spéculatives des deux compères et sulfureuses aux yeux de la communauté scientifique d’alors, furent cependant fortement heuristiques et ouvrèrent des pistes de recherches importantes.

Pendant de nombreuses années encore, la pensée scientifique officielle et dominante (celle soutenue principalement par la théorie de la relativité générale d’Einstein) n’accorda aucune légitimité à de telles spéculations car en contradiction avec certaines de ses lois fondatrices.

Or, il y a un domaine de la physique qui par sa nature étrange, celui du monde subatomique (ou quantique) va remettre en cause les lois de la physique « classique » et permettre de relancer les spéculations. Une expérience eu lieu en 1982 menée par le physicien français Alain Aspect qui prouva l’existence d’un fait qui remettait en cause l’édifice scientifique officielle.

Le Tarot est-il magique ?

COMMENT LA MAGIE DU TAROT OPÈRE-T-ELLE ?

Constat : il semblerait qu’un tarologue puisse deviner un certaine nombre de vérités, présentes, passées et parfois futures chez des consultants grâce aux cartes choisies et leur agencement en fonction d’une consigne initiale.

Ou comment expliquer le rapport entre le tirage « au hasard » de cartes et la pertinence de leurs sens, au-delà de l’explication magique ?

Et par ailleurs de son influence (utile) sur nous ? !

Depuis l’origine, les tarots et les autres arts divinatoires, sont cantonnés dans le monde du merveilleux et de la magie.

Et plus encore depuis l’émergence du rationalisme et du cartésianisme au 17ème siècle.

D’origine « occulte », dans tous les sens du terme, la Tarot reste de tous les temps « occulte ».

Il fonctionne donc, pour ceux qui y croient, par la seule opération du Saint Esprit et par les dons supposés possédés par leurs maîtres-praticiens interprétateurs et médiums.

Les arts divinatoires et plus spécifiquement la cartomancie, sont de l’ordre de la croyance et se rattache à la voyance ; absolument pas scientifiques et donc pas sérieux.

Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Le Tarot est une merveille de l’inventivité et de la création humaine.

Il faudrait des pages et des pages pour en décrire toutes les richesses coins et recoins.

Nous pouvons déjà et plus modestement en donner les principales caractéristiques à notre connaissance.

C’est un récit initiatique, qui nous parle d’épreuve et d’évolution

C’est une « philosophie » qui donne une sens à la vie mais également une grande liberté d’esprit non dogmatique.

C’est un hymne à l’inclusivité ( ne rien rejeter , tout inclure) et à l’esprit de synthèse (c’est-à-dire l’union des contraires)

C’est un instrument de connaissance à même de faire monter très haut notre niveau de conscience et donc d’évolution…

C’est un fonctionnement avant tout optique qui communique avec nous « les voyeurs » par le biais de symboles et d’archétypes puissants

C’est un fonctionnement « arcanique » (c’est-à-dire que chaque carte peu avoir un jour telle signification et la fois d’après une toute autre)

Quelles sont les origines du Tarot?

La Tarot a des origines mystérieuses, c’est du moins ce que beaucoup d’auteurs se plaisent à dire. Et ils ont sûrement raison. Difficile en effet de déterminer la date de naissance précise du Tarot et de citer son ou ses auteurs. Ces dernières années beaucoup de nouvelles recherches et spéculations ont été entreprises. De nouvelles théories sont apparues plus ou moins historiquement sérieuses. Une chose est sûr, la Tarot dit de Marseille telle que nous le reconnaissons dans ses grandes lignes avec ses 22 arcanes typiques, a émergé de manière incontestable à la fin du 14ème siècle / début du 15ème . La plupart des points de diffusion originels se trouvent en Italie du Nord, mais pas seulement. Ces arcanes sont apparus également en France et en Allemagne à la même époque et difficile de dire quel foyer d’apparition a précédé l’autre.

Je vais donc me permettre de vous raconter une histoire qui en vaut bien d’autres et qui de surcroit à la mérite d’une certaine cohérence philosophique, spirituelle, historique et je dirais même « taro-logique » – elle est en grande partie inspirée par l’approche du maitre cartier et tarologue Jean-Claude Flornoy décédé en 2011.

Le Tarot est apparu à la fin du 14ème siècle dans les cours princières et royales européennes – c’était des objets précieux de par leur complexité et la minutie nécessaire à leur fabrication. Également, des objets uniques, de véritables œuvres d’art, se permettant à chaque fois dans leur création quelque fantaisie bien qu’incontestablement une même source les inspira. Très vite (courant 15ème ?) on y ajoutât les 56 cartes dont la provenance et nord africains sans conteste mais l’origine plus incertaine… et très vite des avancées dans les procédés de fabrication les rendirent à la fois plus populaires et vulgaires. A tel point que rapidement le Tarot est devenu un jeu de tripot et d’argent qui par sa diffusion dans toute l’Europe devint une source non négligeable de revenus pour tout un florilège de maitres cartiers mais surtout pour les états fiscalistes qui en régentaient les droits de fabrication.

Bref, le Tarot est apparu d’abord comme un amusement princier puis comme une jeu populaire, lucratif et fiscaliste.

Cela dura pendant plus de deux siècles et perdit de sa force progressivement tout le long du 18ème siècle.

Les maitres cartiers et les foyers de fabrication se firent de plus en plus rares. A partir du milieu du 19ème seuls subsistait des fabricants à… Marseille. Sans doute est-ce pour cela que ce jeu est connu aujourd’hui sous le nom du Tarot de Marseille.

L’un des derniers fabricants marseillais joua un grand rôle dans la fixation graphique du jeu tel que nous le connaissons aujourd’hui . Cet homme se nommait Nicolas Conver .

Le dernier tarot « made in Marseille « sortit en 1890. Pendant plusieurs décennies aucun tarot ne fut fabriqué – En 1930 un éditeurs parisien reprit le fond inactif déjà depuis 40 ans et fit revivre le Tarot dit de Marseille non sans l’avoir quelques peu transformé. Il devient sans conteste le Tarot le plus vendu au monde (et le seul) durant de nombreuses décennies. C’est celui de Paul Marteau aux éditions Grimault, seul détenteur de la tradition originelle du Tarot dit de Marseille aux origines moyenâgeuses comme nous l’avons vu…

Depuis la fin du 20ème siècle, et un regain certain pour le tarot avec une approche plus psychologique dans l’usage, le jeu de Nicolas Conver inspira de nombreuses nouvelles versions encore édités aujourd’hui.

Voila pour l’histoire du Tarot dit de Marseille en tant qu’objet physique mais c’est en nous plongeons dans la signification profonde et ésotérique de ce jeu que nous allons découvrir ses origines essentielles et véritables.

 

Enregistrer

Qu’est-ce que le Tarot de Marseille ?

Le Tarot de Marseille , dit traditionnel, est un jeu de cartes (déjà pour commencer) qui véhicule des connaissances en grande partie non
évidentes à saisir.

Cet état de chose lui confère des propriétés particulières. Son usage « efficace » nécessite un apprentissage voire « une initiation ». Ce sont ces propriétés spécifiques qui peuvent nous servir d’outil d’accompagnement, de guidance et de thérapie.

Concrètement :

Un ensemble de 78 cartes en papier, de proportion correspondant à un rectangle constitué de deux carrés et de taille généralement de 6.5
centimètres de large sur 12.5 centimètres de haut.

Significativement :

Deux sous catégories : les cartes mineurs (56 unités) et les cartes majeurs (22 unités) « Majeurs » nommés également « Atouts » ou « Lames » ou ARCANES, (secret, chose cachée, chose occulte et très difficile à connaître)

Un ensemble très structuré bien au-delà des apparences

Porteurs de symboles étroitement liés les uns aux autres

Symboles illustrant des archétypes

Qui forment une représentation totale de la psyché » humaine…

Qu’est-ce que le Tarot de Marseille ?

Retour en haut